Construire autour du NON de Gauche

01 février 2010

LA NORVEGE ET CUBA COLLABORENT POUR HAÏTI

L’ambassade de Norvège à Cuba et le ministère cubain du Commerce Extérieur et de l’Investissement Étranger (MINCEX) ont signé un accord d’aide à Haiti à travers le support à l’action des médecins cubains en Haiti.

La Norvège à mis à la disposition de Cuba cinq millions de couronnes (environ 885 000 dollars) pour soutenir le travail réalisé par les médecins cubains dans ce pays, indique la presse cubaine.

Selon l’accord paraphé le 24 janvier, les fonds seront destinés à l’acquisition et à l’envoi de médicaments et d’autres matériels qui seront utilisés par la brigade Médicale Cubaine qui offre actuellement ses services aux victimes du séisme du 12 janvier.

Cette brigade est composée de plus de 400 professionnels et d’autres travailleurs du secteur de la santé qui, avec les 247 jeunes haïtiens qui travaillent directement avec eux, forment une équipe de 663 collaborateurs, précise la presse cubaine

Source : Alter Press

Posté par latino à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2007

C'est du vol

Tractassg_n_rale7nov2007

Posté par grignerot à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

DessinJojoNONaur_f_rendum

Posté par grignerot à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2007

63% des Français pour un référendum

Lu sur :     www.collectifdu29mai.org

63 % des français pour un référendum sur le traité européen modificatif (Marianne2.fr)

jeudi 25 octobre 2007

Traité modifié : 63% des Français pour un référendum !

Marianne 2.fr publie les résultats du sondage Louis Harris-Financial Times.

A quand une étude identique dans la presse française ?

L’industrie du sondage se porte bien en France : tous les jours les télévisions, les radios et les magazines nous abreuvent d’études sur les sujets les plus divers. Récemment, un journal a publié une enquête établissant que 93% des Français étaient prêts à respecter l’écologie dans leur vie quotidienne. Une très grande majorité de Français a aussi pris position sur le divorce du couple Sarkozy. Non, non, non, il n’aurait aucune conséquence sur la vie politique.

Pourtant, aucun parti ni aucun organe de presse français n’a jugé utile de commander une étude d’opinion au sujet du Traité européen que l’Union européenne propose de faire adopter par les Parlements nationaux. C’est ce qu’a fait le Financial Times en commandant à l’Institut Louis Harris une étude dans les cinq nations pionnières de l’Europe (voir ci-dessous). Le résultat y est édifiant : 63% des Français sont favorables à l’organisation d’un référendum sur le sujet, et l’exigence est encore plus marquée en Allemagne et dans les autres pays européens.

À bien y réfléchir en ce qui concerne la France, ce résultat est parfaitement cohérent avec le vote enregistré lors de la dernière élection présidentielle : à l’exception notable de Nicolas Sarkozy, tous les candidats s’étaient prononcés pour un nouveau référendum en cas de nouveau traité européen. Mais une fois de plus, les élites préfèrent contourner le suffrage universel et tenter de faire adopter le Traité en catimini, et les dirigeants de médias préfèrent regarder ailleurs. Comme pour le référendum de 2005, un défi redoutable est ainsi lancé aux vrais démocrates : au-delà de leurs options pour ou contre le Traité, seront-ils capables d’imposer le débat interdit par les élites ?

Le sondage du Financial Times Pensez vous qu’il devrait y avoir un référendum national pour adopter le nouveau traité européen ?

France Oui 63% Non 27% SO* 10%

Grande Bretagne Oui 75% Non 14% SO* 13%

Italie Oui 72% Non 17% SO* 11%

Espagne Oui 65% Non 25% SO* 14%

Allemagne Oui 76% Non 19% SO* 5%

* Sans opinion Enquête internationale réalisée entre le 3 et le 15 octobre pour le Financial Times Pour la France : Enquête Louis Harris réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1122 personnes. Voir l’enquête en anglais sur le site de l’institut de sondage.

Posté par grignerot à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2006

ECHEC A L'ARBITRAIRE

Les prud'hommes annulent le licenciement d'une secrétaire en CNE

remerciée en raison de son mal de dos

Le conseil des prud'hommes de Grenoble a annulé vendredi le licenciement d'une secrétaire embauchée en contrat nouvelle embauche (CNE) et remerciée au lendemain d'une visite médicale qui avait conclu à la nécessité, pour l'employeur, de lui fournir un siège adapté à son mal de dos, a-t-on appris auprès des syndicats.

Les prud'hommes ont estimé que le licenciement était "dépourvu de causes réelles et sérieuses" et ont condamné l'employeur à verser 1.545 euros au titre des dommages et intérêts pour rupture abusive de contrat et à 1.000 euros pour les frais de justice.

En outre, les conseillers ont requalifié les contrats antérieurs successifs de la jeune femme en "contrat à durée indéterminée à partir du 11 juillet 2005".

Stéphanie Parra avait été embauchée en intérim à cette date par la société Novelec, pour le compte de la société mère Saphymo. Elle avait signé un CNE le 19 septembre avec Novelec. Trois mois plus tard, cinq jours après que la médecine du travail eut recommandé l'utilisation d'un "siège adapté au poste de travail", la secrétaire qui gagnait 726 euros net par mois pour 26h30 de travail hebdomadaire, avait été licenciée.

L'avocat de la société avait plaidé l'insuffisance professionnelle

Posté par latino à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2006

ACTION SANTE

L’HOPITAL DE MONTGELAS A GIVORS

PEUT VIVRE ET SE DEVELOPPER.

            Après le rapport Vallancien, publié à la demande du ministre de la santé, qui condamne sans discernement 113 blocs opératoires à la fermeture, une vaste campagne médiatique est orchestrée. L’hôpital de Montgelas à Givors (69) est dans le collimateur. Que lui reproche-t-on ? De réaliser moins de 2.000 interventions par an. Ce qui est vrai.

            Il ne suffit pas de culpabiliser les Givordins et leurs médecins, qui préféreraient  à 77 % d’autres établissements. Il convient de voir la réalité. Chaque jour, le bloc arrête son activité programmée  dès 14 h 30 : ensuite, seules les urgences obstétricales (césariennes) sont prises en charge, faute d’équipe anesthésique suffisante. Dès le vendredi après-midi, jusqu’au lundi matin il est indisponible, pour les mêmes raisons. Un chirurgien en longue maladie depuis 2002 n’est remplacé que depuis peu… Pourtant, pendant ce temps la maternité fonctionne au maximum de ses capacités et l’important service des urgences, fortement sollicité, doit orienter les patients ailleurs ; comme les médecins de ville !

            Les responsabilités de ces difficultés de fonctionnement (et de « rentabilité ») veut culpabiliser. Il faut que l’autorité médicale (ARH) assume ses responsabilités. Déjà en 1995 elle avait la volonté de fermer Montgelas pour cause d’obsolescence de son bloc opératoire. L’action de la population et du personnel de l’hôpital imposèrent la construction d’un nouveau bloc, qui reste performant et envié. Depuis, ARH n’a eu de cesse de vouloir la fin de cet hôpital de proximité ; il suffit de rappeler l’épisode du G 9 ; le projet de fermeture de la maternité… et les lenteurs administratives pour obtenir la nomination de médecins et chirurgiens, car c’est de l’autorité que cela dépend et non du directeur de l’établissement ou de son Conseil d’administration, faut-il le rappeler ? Tout récemment un projet de coopération avec l’hôpital de Vienne a été rejeté par l’ARH. C’est dire si le rapport Vallancien est une nouvelle aubaine pour achever la casse !

            La population, ses médecins et le personnel de l’hôpital n’acceptent pas de baisser la tête devant un tel acharnement. Montgelas peut être viable, à condition de ne pas être entravé constamment dans son activité. Faut-il rappeler qu’il vient d’être classé parmi les deux établissements positionnés en classe A, avec 92 points sur 100, en matière de lutte contre les maladies nosocomiales, alors que les principaux établissements du département sont à la traîne, relégués en classe D ou E, Lyon-Sud n’apparaissant même pas dans le classement ; qu’il a obtenu pour cinq ans, en 2002, son « accréditation » sans réserves, soulignant ainsi la qualité des soins médicaux et de l’accueil dans l’établissement.

            Un comité de défense représentatif de la population, de ses médecins et du personnel de l’hôpital vient de se constituer à Givors. En quinze jours, 135 personnes l’ont rejoint, son conseil d’administration est constitué de 44 personnes et il vient d’élire une présidence collégiale. Deux mille huit cent personnes ont déjà signé sa pétition contre la fermeture partielle de la permanence de Sécurité sociale et l’arrêt programmé de l’activité chirurgicale au sein de l’hôpital. Givors se mobilise car la fermeture du bloc laisse présager à terme la fermeture de la maternité ( transformation à horizon 2008 en Centre de périnatalité selon le SROSS III ) et  la fermeture ou transformation du service d’accueil des urgences. L’ARH programme ainsi la transformation prochaine de notre établissement en vaste hôpital gériatrique. Or, un équipement hospitalier de proximité est indispensable à une population aux faibles revenus.

            Le comité de défense entend rassembler la population autour d’autres choix de développement pour Montgelas, répondant aux besoins de la population d’un bassin en croissance démographique de 40 % entre deux recensements. Un certain nombre de rendez-vous sont d’ores et déjà programmés ; une vaste consultation est engagée pour définir les besoins sanitaires du bassin et exiger les moyens de leur satisfaction.

                                                                                       Givors, le 26 avril 2006

            La présidence collégiale du comité de défense de l’hôpital de Montgelas à Givors : Dr BOUDIAF Ahmed, CHAIZE Chantal, Dr DUREAU Pascal, Dr GAGNEUR Jean-François, GODOY Ghislaine, GONON Laurent, LAURENT Annie, SERRA Pierre-Alain.                                                      

Posté par latino à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2006

OGM danger

Le gouvernement vient de lancer une consultation du public sur les OGM... durant 15 jours seulement... uniquement via internet... et en grande partie durant les congés scolaires.

Un semblant de consultation :
Facile mais urgent : répondre à la consultation organisée par le gouvernement sur les OGM.

Les demandes d'autorisation pour les nouveaux essais d'OGM en plein champ sont disponibles sur le site du gouvernement :

http://www.ogm.gouv.fr/experimentations/consultation_public/consultation_public.htm

A cette occasion, le gouvernement organise une consultation par internet d'une très courte durée (14 au 28 avril) et avec bien peu de publicité ! Vous trouverez sur le même site les résultats de la consultation de l'année dernière et serez peut-être surpris de constater que sur 2451 réponses, seules 101 étaient favorables aux essais..., ce qui n'a évidemment pas empêché le gouvernement de les autoriser. Son seul problème est de pouvoir affirmer qu'il a effectivement organisé une consultation.

Malgré tout, une occasion vous est donnée de vous exprimer alors n'hésitez pas… mais faites vite !

CE QU'IL FAUT FAIRE :

Répondre au gouvernement en envoyant un mail à l'adresse suivante :

BRAB.SDRRCC.DGAL@agriculture.gouv.fr

Vous trouverez ci-dessous un modèle de réponse dans lequel vous pourrez "piocher" les arguments de votre choix. A noter que la seule 1ère ligne peut suffire.

**************************************************************

Je suis totalement opposé aux cultures d'OGM en plein champ.

Aucun avantage social n'existe à ce jour pour la société, les seuls avantages recensés étant ceux des semenciers et de leurs actionnaires.

Je conteste le principe même de coexistence entre cultures OGM et non OGM car les risques avérés de contamination montrent suffisamment que cette coexistence est impossible et quelle mènerait à une contamination généralisée conduisant notamment à la disparition des cultures labellisées.

J'estime que la déontologie scientifique n'est pas respectée par le fait que les organismes consultés en vue des autorisations (Commission du Génie Biomoléculaire...) n'utilisent que les tests toxicologiques effectués par les firmes elles-mêmes. Or plusieurs études récentes, réalisées par des chercheurs crédibles et publiées dans des revues scientifiques, concordent pour jeter un doute sur la totale innocuité des OGM par le fait qu'ils suscitent des effets biologiques sur des rats de laboratoire. Ces effets devraient être plus largement étudiés pour disposer dune réelle expertise scientifique qui se doit d'être plurielle. Dans l'état actuel des connaissances sur la santé humaine qui sont donc insuffisantes, c'est le principe de précaution, devenu constitutionnel depuis 2005, qui doit s'appliquer.

Je m'oppose aux OGM en plein champ car ils vont dans le sens d'une agriculture toujours plus productiviste en raison  de la volonté des multinationales agro-semencières de rentabiliser au maximum les quelques variétés brevetées pour lesquelles elles ont consenti de lourds investissements. Ce modèle agricole basé sur la grande monoculture, très consommateur d'énergie et d'intrants n'est ni exportable ni durable. Dopé par les OGM, il sera encore plus destructeur de la paysannerie, de l'environnement et de la biodiversité.

Je suis révolté par le fait que quelques multinationales agro-semencières se servent des OGM pour tenter de dominer la production et la distribution des semences des principales ressources alimentaires mondiales.

Je suis donc totalement opposé aux cultures d'OGM en plein champ.

***********************************************************************

ET APRES :

Vous recevrez un courriel de confirmation de réception :

Le ministère de l'agriculture et de la pêche a bien reçu votre message et vous remercie de votre participation à la consultation sur les projets d'expérimentation d'OGM au champ.

Votre message sera examiné dans les meilleurs délais.

A l'issue de cette consultation, une synthèse des participations sera communiquée sur le site
www.ogm.gouv.fr"

------------------------------------------



F-E-A, La FRANCE EN ACTION vous remercie de votre courriel,
nous ne manquerons pas de le diffuser, et de repondre à vos attentes

La france en action, precise que tout texte expedié sur la liste est sous la seule responsabilité de son auteur et n'engage en rien les idées et engagements de notre mouvement politique de LA FEA Le Modérateur.
Pour le President, le Moderateur  JB

Pour de plus amples informations : http://www.lafranceenaction.com
Envoyer un message : lafrance_enaction@yahoogroupes.fr

Posté par grignerot à 13:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2006

AMINSTIE POUR LES JEUNES QUI ONT LUTTE CONTRE LE CPE

Nous vous appellons à signer massivement la pétition suivante, lançée à l'initiative du quotidien L'Humanité.

NON A L’ACHARNEMENT REPRESSIF !
AMNISTIE DES JEUNES ANTI-CPE

Signer la pétition

www.humanite.presse.fr 

Pendant deux mois, notre pays a connu une mobilisation exceptionnelle pour exiger le retrait du CPE. Les millions de lycéens, d’étudiants, de salariés engagés dans ce mouvement ont finalement obtenu gain de cause. Or, des milliers de jeunes, interpellés lors des manifestations de ces dernières semaines alors qu’aucun de leurs agissements ne peut être assimilé à un comportement de « casseurs », sont condamnés à la chaîne par les tribunaux. Cet acharnement répressif est d’autant plus inadmissible que les exemples abondent qui révèlent l’injustice et l’arbitraire de ces arrestations et le plus souvent de ces condamnations. Alors que le CPE a vécu, il serait totalement incompréhensible que le pouvoir continue à vouloir faire payer sa défaite aux jeunes engagés dans ce mouvement. Nous demandons l’arrêt de toutes les poursuites engagées contre des jeunes anti-CPE et l’amnistie des peines déjà prononcées à leur encontre.

Posté par latino à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2006

SIGNEZ CETTE PETITION !!!

Appel du Réseau EDUCATION SANS FRONTIERES

http://educationsansfrontieres.org

mardi 11 avril 2006.

Le 30 juin 2006, le sursis accordé aux élèves sans papiers et à leurs parents tombera. Des milliers d’enfants, de jeunes et leurs familles risquent l’expulsion en masse, verront leur avenir et leur vie même anéantis. Nous ne laisserons pas commettre ces infamies en notre nom. Chacun avec les moyens qui sont les nôtres, nous leur apporterons notre soutien, notre parrainage, notre protection. S’ils nous demandent asile, nous ne leur fermerons pas notre porte, nous les hébergerons et les nourrirons ; nous ne les dénoncerons pas à la police.

(signatures)

en lien : Premiers signataires et Conférence de Presse du 27 Avril

Posté par latino à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2006

GARDER VIGILANCE

Le gouvernement et le patronat ont reculé sur le CPE. Celui-ci est mort mais pas la volonté des patrons et de tous ceux qui ménent une politique "pro -européenne" de soumettre tous les salariés à leurs seuls intérêts. La précarité du travail ne profite qu'au patronat. Elle existe toujours, très fortement. 
Gardons unité et vigilance.

Posté par latino à 13:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]